D’un super anniversaire à un voyage initiatique!

Coucou mes feux follets!

Ici une Bubulle de retour, très temporairement, à la civilisation! Bon commençons par le début!

Pour mon anniversaire, des choses magiques me sont arrivées, comme une renaissance… Je voulais louer une voiture mais n’en avais pas les moyens seule… Alors, la vie à mis sur mon chemin une compagnonne de voyage qui a décidé de m’accompagner à l’aventure après une brève discussion en ce beau matin.

J’ai été couverte de cadeaux ce jour-là: un magnifique bracelet fait maison par Donia (ma fameuse compagnonne!), une coupe de cheveux offerte par Anya (une backpacker/ coiffeuse tchèque toute mignonne) et des cocktails brésiliens à volonté concotés par Emanuel (cf. post précédent!). Après avoir festoyé copieusement, nous avons fini la soirée dans une symbiose musicale universelle chez Sharon (une résidente locale) au son de dizaines d’instruments différents joués par tous les participants!

Le lendemain, c’est le grand départ Donia et moi sautons dans Providence (nom que nous donnerons à la voiture pas longtemps après) et nous partons, au hasard, là où la vie nous mène. Le premier soir nous arrivons à Cape Foulwind (au sud de Westport) et du haut d’une majestueuse falaise, nous contemplons la mer de Tasman et des îles/rochers.

On va au pub local pour boire une tite bière et demander s’il y a des endroits où on peu camper à l’œil dans le coin. D’entrée Derek (le patron) nous emmène dans son champs qui présente la vue imprenable sur laquelle nous nous extasiions 10 minutes plus tôt!

Nous plantons donc la tente dans cet endroit paradisiaque…

Le lendemain matin, pour remercier nos hôtes, nous nous rendons au pub pour leur donner un tit coup de main… De tondeuses à gazon, en nettoyage de pub, en boissons à l’œil et en délicieux repas, nous nous retrouvons à faire du Woofing!

Nous demeurons quelques jours heureux et productifs chez ces hôtes au grand cœur qui nous couvrent de cadeaux à notre départ ému: fringues, matelas de sol, bon sac de couchage, miel de Manuka, bouteille de vin, tout plein d’amour…

Nous reprenons la route, parce que la vie continue… Avant d’arriver sur Greymouth, un autostoppeur nous recommande le camping gratuit de Nelson Creek, cependant, alors que nous le cherchons en vain, il se met à pleuvoir… Changement de plan, nous attérissons dans un Backpacker grand luxe qui ressemble à un musée! Dès le lendemain, le soleil est revenu et si la vie a mis cet autostoppeur sur notre route ce n’est pas par hasard, alors nous décidons de trouver Nelson Creek. Nous arrivons à un petit camping en bord d’une rivière enchanteresse et départ de petites marches dans des forêts de fées. Le cadre est tellement incroyable que nous y restons 3 nuits entre musique, marches, feux de joie, baignades trèèèèès raffraichissantes et apaisement total.

Je voulais absolument aller voir les glaciers, alors nous repartons vers le sud… Une fois arrivées là-bas dégoût total. Industrie touristique aux dimensions démesurées. Des hordes de profanes dans leurs bus viennent consommer, consumer la nature au lieu de l’admirer humblement. Et des travaux, partout, des travaux… On se croirait dans Avatar: la folie humaine destructrice dans un lieu paradisiaque (qui ressemble beaucoup à Pandora qui plus est!). Alors c’est de loin que nous avons contemplé les glaciers et c’est bien mieux comme ça! Après une nuit passée dans un endroit de nature, au bord d’une petite rivière cristalline, entourées par la végétation et les oiseaux, nous repartons, toujours plus au sud. Et c’est pour nous une journée de voiture qui s’en suit, accompagnée de paysages les plus somptueux les uns que les autres. A chaque endroit, nous nous voulons pas nous arrêter, alors nous continuons… jusqu’à Queenstown! Mais là, camping interdit, PARTOUT et à 21h, impossible de trouver un backpackers…. Qu’à cela ne tienne, comme les bons vieux saoûlards, nous achetons de quoi nous réchauffer pour la nuit, puis allons en dehors de la ville pour dormir en bordure du lac sans même la tente, juste les sacs de couchage, à la belle lune (oui vraiment très belle!!!). Pas de tente, pas de camping; pas de camping, pas d’amende!!!

Ce matin un lever de soleil époustouflant nous tire des bras de Morphée. Le haut des montagnes qui surplombent l’immense lac (un des côtés fait plus de 55km!!) est comme en feu alors que partout dans le ciel, des nuages roses de barba papa adoucissent les rouges, jaunes, oranges flamboyants!

Nous sommes aujourd’hui arrivées à Te Anau où nous avons enfin pris une douche: faut dire qu’au bout d’un moment ça cocotte dans la tente!!! Et puis nous allons dormir ce soir au Backpackers: ça tombe bien, il pleut et un peu de confort et de civilisation ça fait pas de mal, avant de retourner into the wild!

A bientôt, ou pas, mes crèmes au chocolat!

Votre Bubulle de feu!



Une semaine de fous!!!!

 Coucou mes petits Sheerafs! (croisement entre un mouton et une girafe!)

Quand je vous disais dans le dernier post que la pluie m’avais donné un répit pour vous écrire, et bien, elle m’a donné plus que ça!!! Le lendemain j’ai pris le bus pour aller à Rotorua via Auckland. Seulement voilà, la route s’était transformé en rivière et les inondations étaient incroyables… Jugez vous-même:

img0586.jpg  img0588.jpg

Je sui s finalement arrivée à Rotorua après 10heures de trajet (au lieu de 6h30!) et pour fêter ça, le lendemain, après avoir visité la ville, dont le lac avait débordé, ma pote australienne Lisa et moi avons décidé d’aller dans une piscine thermale naturelle, où nous étions seules au mondes (si ce n’est pour le guide qui nous y a conduit et son chien!).

img0601.jpg Le chemin autour du lac

img0358.jpg Notre spa privé!

Le Lundi, nous sommes allées à Hell’s Gate, observer les fumerolles et autres boues en ébullition et, éventuellement, nous avons pris un bain de boue à 40° suivit d’un bain d’eau thermale à 38°…. Ah là là, que c’est due la vie!!

 img0659.jpg

Ah la gado ue, la gadoue, la gadoue!

img0662.jpg 

Le Mardi, je suis allée à Te Puia où j’ai fait la rencontre de la culture Maori (aui présente plus de similarités, y compris linguistiques, avec la culture tahitienne, que je ne l’aurait pensé!), admiré des geysers, d’autres boues en ébullition et l’emblème de la Nouvelle Zélande: la petit Kiwi! Et puis le soir, pour se décontracter: Polynesian spa, un peu plus d’eau thermale et en bord du lac Rotorua, en gros, le luxe du backpackers!

Le lendemain, je me suis rendue à Wai-O-Tapu pour contempler plus amplement l’activité volcanique ambiante… Ça se passe de commentaire: regardez et appréciez! (Plus de download possible donc pas de photos… Désolée: imaginez et appréciez!!!)

Jeudi, destination Wellington, la capitale, au sud de l’île du Nord. Long trajet en bus (8heures) à travers des paysages somptueux (cf. Le Seigneur Des Annaux!). Je devais y rester quelques jours, mais à l’arrivée, tous les backpackers affichaient complet à cause d’un évènement de Rugby. Mais j’ai été assez chanceuse pour que le musée soit ouvert jusqu’à 9h le jeudi soir, alors j’ai pu aller me régaler là-bas! Avant d’aller me coucher très tôt car ce matin je suis partie à 6h pour prendre le ferry qui m’a amené à Picton, dans l’île du Sud. C’est d’ici que je vous écris aujourd’hui!

Après avoir écrit tout ça, le temps s’est éclaircit et j’ai décidé d’aller faire une petite ballade histoire de découvrir le coin… Petite ballade menant à une autre je me suis retrouvée à crapahuter des heures durant dans les collines qui entourent le magnifique Marlborough Sound. Des paysages à couper le souffle… Et des montées à donner bien soif, mais voilà, comme j’étais partie pour juste une petite marche, j’avais pas pris d’eau… Cette pensée a à peine le temps de me traverser l’esprit que je rencontre un couple d’australiens avec qui je papote et qui finissent par m’offrir quelques bières. On sympathise tellement que le lendemain ils veulent absolument m’emmener à un festival local: Blues Brews and BBQs à 30 bornes de là. En gros on goute les bières locales en écoutant et en dansant sur du blues tout en regardant les costumes des gens qui ont fait l’effort de se déguiser. Donc je laisse mes affaires au Backpackers et je loue une tente et un sac de couchage le samedi.

Festival génial: bonne musique, bonnes bières, bonne compagnie, soleil à fond, et after dans un bar ou on m’arrose de cocktail parce qu’on est à la table 27 et que je vais fêter mes 27ans dans quelques jours (et oui, déjà!).

Seulement, voilà: nulle part où planter cette fameuse tente, alors après un super festival bien arrosé… Et bien la tente, on décide de la planter en plein milieu d’un parc!

Une ou deux heures plus tard, nous voilà réveillés (nous, c’est à dire le charmant brésilien éméché que j’ai décidé d’héberger pour la nuit, parce qu’il pouvait pas conduire jusque chez lui, et moi, mes potes australiens dormant tranquillement dans leur van) par la police. Alors on range la tente dans la nuit tant bien que mal et on met tout dans sa voiture, mais toujours le même problème: on a tous les deux trop bu pour conduire! On demande donc à des fêtards tardifs de nous prêter leur téléphone pour appeler un taxi pour aller chez lui. Il offre gracieusement, en plus de l’hébergement, la course à $50 (faut dire que le gus il habite au milieu de nulle part!).

Ce matin, je me réveille dans une baraque de dingue, avec une vue imprenable sur les montagnes et odeur du petit déjeuner qu’il est en train de préparer. Je file donc vite fait dans le jardin pour aller ramasser quelques mures pour accompagner tout ça.

Après s’être rassasiés, on monte sur sa moto et c’est cheveux au vent que nous filons droit vers Blenheim à travers les montagnes pour aller chercher sa voiture. De là nous laissons là moto et partons en 4×4 vers Picton (où je suis sensée résider) pour rendre cette fameuse tente qui ne m’aura décidément servie à rien!

Comme le courant passe bien, on décide d’aller faire un tour. Nous prenons les routes sinueuses qui longent les fjords et puis, comme on est en 4×4, et ben on part à l’aventure sur des chemins de crêtes périlleux. A chaque carrefour, petite pause… Bon on prend laquelle? Boh au pif celle-là! T’es sûr que le 4×4 va tenir? Boh, on verra bien!!! Une aventure fantastique dans des paysages surréalistes…

Au bout d’un moment, il fait un peu trop chaud dans la voiture couverte de boue et de poussière, alors on décide de quitter les hauteurs pour se trouver une petite baie isolée pour aller nager… Isolée, parce que dans le manque de planification, et ben on a pas pensé aux maillots, mais bon, on va pas se prendre la tête pour si peu! Après quelques dizaines de kilomètres, on trouve enfin un coin où c’est qu’il y a personne sauf des moutons (mais bon, ça c’est obligé!).

Après un bain trèèèèès rafraichissant (voire trop!), on se rend compte qu’il y a des coquillages partout alors on se fait un petit encas. Et puis on se dit que ça serait bien de se faire griller de la poiscaille ce soir, alors on ramasse un peu plus de coquillages et des crabes comme appât et on se remet en route pour trouver un coin où attraper du poisson, puisqu’il a la canne à pêche dans le coffre.

Les plages passent et ne se ressemblent pas, hélas, seul point commun: pas assez de profondeur. Après de nombreux kilomètres sur ces magnifiques routes sinueuses on se décide pour la plage de Robin Hood Bay et on va se caler sur un rocher. Bien sûr, on n’attrape rien, mais je l’avait prévenu, je porte la poisse à la pêche! Quand la faim se fait trop sentir, on se résout à abandonner, mais avant de partir, un dernier petit plouf dans l’eau glacée!

Pour le remercier de cette super journée et pour se réconforter de ne rien avoir attrapé, je l’invite au resto pour se faire du poisson cru et des fruits de mer made in NZ!

Donc voilà pour ma journée de Waitanga Day (fête nationale Néo-Zélandaise) dignement fêtée!

Bon là, par contre, je suis épuisée, alors je vais dormir pendant au moins 2 jours et puis je me réveille mercredi pour faire la fête!!!

J’vous aime, Bubulle de bière!



Panik a baffin |
Tomobile Tour |
eymony |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | voyages en camping car
| Envie de voyage...
| Propositions Animiques